CANCER DE LA PEAU

Sous-sujets de la page "cancer de la peau"

Types de peau

  • Type 1 - Toujours brûlure, jamais bronzage
  • Type 2 - Toujours brûlure, quelquefois bronzage
  • Type 3 - Quelquefois brûlure, toujours bronzage
  • Type 4 - Jamais brûlure, toujours bronzage
  • Type 5 - Nègres


Lentigo solaire

Il est le résultat de la multiplication des mélanocytes au long de la membrane de base de l’ épiderme et est considéré comme une manifestation tardive de l’ effet du rayonnement solaire et une lésion permanente de la pigmentation. Il n’est pas un cancer de la peau, ni une situation précancéreuse dans la plupart des cas.

Les lentigos apparaissent dans les zones du corps qui sont exposées au soleil et, plus particulièrement, sur le visage et le dos des mains, les avant-bras et la partie avant de la poitrine. Ils apparaissent souvent aussi aux lèvres, et n’ apparaissent pas aux zones qui sont protégées contre l’ action du soleil.

Le traitement des lentigos solaires peut s’ effectuer en utilisant la cryothérapie (azote liquide), des laser, et par la forte exfoliation (peeling) chimique topique.

Kératose actinique ou solaire

Il ne s’ agit pas de cancer de la peau, mais c’est une situation précancéreuse qui apparaît à des zones de la peau qui sont exposées au soleil et commence comme une petite zone avec télangiectasies qui se développe en une plaque ou papule de couleur rouge clairement délimitée avec des bien accrochées écailles ternes d’ une apparence anormale qui peuvent être enlevées avec difficulté en laissant une surface qui saigne.

Le patient mentionne toujours la rugosité de la lésion; les lésions peuvent être plusieurs et se trouvent à des zones de la peau qui sont exposées au soleil comme le visage, les oreilles, les mains, les bras et les jambes. 

Elle peut aussi souvent se présenter à la peau de la tête des hommes chauves et à la main des conducteurs professionels qui conduisent avec la main dehors.

La kératose actinique est potentiellement maligne et peut progressivement s’ épaissir et, au fil du temps, se transformer à un carcinome squameux qui est le deuxième plus important type de cancer de la peau, et qui a une dynamique de métastase.

Le traitement de la kératose actinique comprend la cryothérapie en utilisant de l’ azote liquide, le traitement topique avec de 5-fluorouracile, ou alternativement, le traitement topique par imiquimod ou par l’ exfoliation (peeling) chimique en utilisant des substances convenables comme le TCA (acide trichloracétique). Dans des cas persistents le traitement chirurgical par curettage et cautérisation est indiqué. 

Élastose solaire

Un cas typique d’ élastose solaire qui est due à l’ exposition chronique au soleil est la peau romboïde de la nuque où la peau présente des plis d’ une surface caractéristiquement rugueuse, particulièrement autour de la nuque, à l’ exception de la zone au dessous du menton qui est protégée contre l’ action du soleil. Elle n’est pas un cancer de la peau, mais consiste une lésion importante à cause du soleil qui, à long terme, augmente le risque de cancer de la peau.

Il apparaît aussi en forme des rides, d’ atrophie de la peau qui perd son élasticité, particulièrement  aux mains, aux avant-bras et aux jambes où il apparaît desséchée, ridée et mince.

En plus, il est possible que sur la peau apparaissent des comédons, qui sont des kystes épidermiques qui ont des parois minces et qui se trouvent habituellement dans la partie supérieure de la plus basse couche de la peau (derme) et qui sont combinés avec l’ existence d’ élastose solaire.

Chéilite actinique

Il s’ agit d’une situation qui est considérée comme le précurseur du cancer de la peau qui affecte principalement la lèvre inférieure. Elle est plus fréquente à des personnes avec une peau plus claire qui travaillent à l’ extérieur et comme les pilotes. Elle commence comme dessèchement et exfoliation de la lèvre inférieure qui ensuite forme des plaques blanches et est appelé donc leucoplasie.

Pendant l’ hiver on peut observer des croûtes à la zone de la lésion et progressivement est formé un cancer de la peau de type squameux en forme de papule ou de nodule.

Le traitement de la chéilite actinique a lieu soit en utilisant la cryothérapie, soit par l’ application topique de 5-fluorouracile ou par l’ application topique d’ imiquimod.

Dans des cas rares l’ ablation chirurgicale est possiblement nécessaire. La chéilite actinique doit  être traitée à temps, parce que, si elle se développe en cancer squameux de la peau, ce cancer est souvent de type agressif avec une possibilité de métastases augmentée. 

Porokératose superficielle actinique disseminée

Cette situation se présente par des petites lésions clairement délimitées et annulaires avec un bord hyperkératosique, qui se trouvent au début principalement dans la partie inférieure des jambes.

Les lésions sont provoquées par l’ influence solaire chronique et sont bénignes et apparaissent plus souvent à des personnes avec une couleur de peau de type I ou II et il est possible que le développement de cette condition est hérité. Il ne s’agit pas d’ un phénomène précurseur du cancer de la peau et les personnes souffrantes ne risquent pas de développer du cancer de la peau.

Pour le traitement de la porokératose superficielle actinique disseminée peuvent être utilisées différents traitements topiques ayant comme but l’ exfoliation, comme l’ acide glycolique, l’ utilisation topique de trétinoïne, d’ imiquimod ou de 5-fluorouracile. Le traitement supplémentaire en utilisant de l’ azote liquide (cryothérapie) peut aussi réussir. 

Maladie de Bowen (cancer de la peau squameux intra-épidermique)

Il s’ agit d’un cancer de la peau intra-épidermique qui peut quelquefois se transformer à carcinome squameux. Il s’ agit essentiellement d’ un cancer squameux de la peau à sa phase initiale. La maladie est causée par l’ effet du rayonnement utraviolet à la peau, et c’est pour cela qu’ elle se présente principalement sur le visage, aux mains et dans la partie inférieure des jambes.

Dans le passé, quand l’ arsenic était utilisé pour le traitement du psoriasis et de la syphilis, il y avait de patients avec des lésions multiples qui étaient dues à l’ usage d’ arsenic.

Il faut remarquer que l’ arsenic se trouve dans beaucoup de préparations de l’ homéopathie, est utilisé comme fongicide et pesticide et dernièrement se trouve dans des aliments pour enfants. L’ arsenic peut prédisposer au développement des malignités des organes internes et des multiples cancers de la peau basocellulaires et superficiels.

La maladie de Bowen se présente habituellement comme une plaque rouge clairement délimitée avec des écailles bien accrochées anormales. Quand la lésion commence à s’ épaisser et sa composition se rend plus rugueuse et sa surface présente ulcérations, on peut considérer qu’elle est possiblement transformée à un cancer squameux de la peau.

Le traitement de la maladie de Bowen comprend la cryothérapie en utilisant de l’ azote liquide, l’ ablation chirurgicale, le traitement topique par 5-fluorouracile et imiquimod et la radiothérapie.

Kératoacanthome

Le kératoacanthome est une tumeur bénigne qui est développée rapidement qui affecte principalement des personnes âgées, et se présente plus souvent aux hommes qu’ aux femmes. L’ exposition à long terme au soleil et le traitement immunosuppresseur ou/et l’ exposition à des produits du goudron sont considérées comme des facteurs qui prédisposent au développement d’un kératoacanthome. Particulièrement aux personnes plus âgées il est difficile de le distinguer cliniquement du cancer squameux de la peau.

La lésion commence comme une petite tache dont la taille augmente rapidement et est transformée d’une petite papule à une lésion nodulaire homogène et clairement délimitée de couleur rouge ou de la couleur normale de la peau. Elle est intense et délimitée de la peau saine qui l’ entoure en présentant un cratère central plein de kératine. La taille des lésions est entre 1,5 et 2cm et parfois plus grande.

Il se présente plus souvent aux zones exposées au soleil, comme le visage et plus spécialement le nez et les joues, les avant-bras et le V de la partie supérieure de la poitrine.

Bien que le kératoacanthome n’ est pas un cancer de la peau, la thérapie du kératoacanthome est l’ ablation chirurgicale en utilisant de l’ anesthésie topique. Si la taille du kératoacanthome est telle qu’il existe le risque d’ un effet esthétique laid après l’ ablation chirurgicale, il est possible qu’ une injection intralésionelle de triamcinolone soit effectuée ou, alternativement, le méthotrexate, en doses hebdomadaires, peut aider à la régression des lésions qui ne peuvent pas être facilement traitées par intervention chirurgicale. 

Carcinome épidermoïde (squameux)

Le cancer squameux de la peau est une tumeur de la peau relativement maligne qui provient des kératinocytes et peut métastaser. Il est potentiellement une tumeur dangereuse puisque, après avoir provoqué une infiltration cutanée topique, peut métastaser aux ganglions lymphatiques et créer des tumeurs cancéreuses. Il est plus commun aux hommes et affecte plus les hommes âgés.

Le cancer squameux de la peau commence comme un épaississement de la peau qui se transforme en une plaque semi-rigide, ensuite il est développé latéralement et verticalement et se transforme en nodule, pendant que, au fil du temps, sa surface peut possiblement s’ ulcérer.

Ses limites sont habituellement claires et plus intenses que celles du cancer basocellulaire de la peau et il a souvent une forme anormale. Il est habituellement développé avec une vitesse plus grande que celle du cancer basocellulaire de la peau mais pas si grande que la vitesse du kératoacanthome.

La plupart des lésions apparaissent aux zones exposées au soleil, comme le visage, les oreilles, la lèvre inférieure, les avant-bras, le dos des mains et la partie inférieure des jambes.

En plus, la peau saine qui entoure la lésion présente habituellement des marques des lésions chroniques dues au rayonnement solaire. Le pronostic dépend beaucoup de la lésion préexistente. Par exemple, un cancer squameux de la peau qui se développe sur une hyperkératose actinique précédente ou sur une maladie de Bowen peut très rarement métastaser.

Au contraire, un cancer squameux de la peau qui est développé de novo ou qui est du à autres causes, comme le rayonnement X, ou qui est développé sur des cicatrices qui sont produites par d’ autres maladies, peut métastaser plus facilement.

Pour le pronostic, la profondeur de l’ infiltration de la tumeur au temps que le diagnostic est effectué a une importance particulière, ainsi que le degré de différentiation, puisque un cancer squameux de la peau bien différencié a clairement un meilleur pronostic qu’ un cancer non différencié ou un cancer qui n’est pas précisement différencié.

Un grand risque de métastase ont aussi les cancers squameux de la peau qui se trouvent sur les oreilles et sur la lèvre inférieure et qui métastasent très souvent.

Carcinome basocellulaire

Elle est la plus commune tumeur maligne de la peau, étant souvent dévastatrice; elle provient des cellules basales de la partie inférieure de l’ épiderme et ne métastase pas habituellement. Le carcinome se présente aux types de peau I et II, et le rayonnement ultraviolet ne paraît pas être la seule cause de sa présence. Ainsi il peut apparaître à des zones qui ne sont pas exposées au soleil comme la vulve ou les fesses. En plus, des patients qui ont été traités en utilisant du rayonnement X peuvent développer des carcinomes basocellulaires après une période de latence des décennies.

En général, le cancer basocellulaire de la peau se présente plus souvent sur le visage, se développe lentement, est indolore et sa présence est possiblement ignorée par le patient qui le laisse développer jusqu’ au point où il atteint des dimensions où un traitement plus difficile est nécessaire. Il a la tendance à saigner par lui-même, guérir et saigner de nouveau, et, malgré tout cela, est souvent ignoré par les patients qui lui donnent le temps de grandir et détruire localement le tissu cutané. S’ il est ignoré, il peut infiltrer profondement aux tissus de la boîte crânienne avec des conséquences très graves.

Le carcinome basocellulaire commence souvent comme une petite papule qui devient ensuite un nodule qui ulcère centralement. Les limites de l’ ulcère cont clairement délimitées, légèrement haussées, et de la couleur des perles. Aussi des petits vaisseaux sanguins apparaissent (télangiectasie) sur la surface de la lésion, qui font quelquefois la lésion apparaître rouge. Plus rarement il est possible que le cancer basocellulaire de la peau présente une pigmentation, et pour cela il peut être confondu avec un mélanome malin. Dépendant de la morphologie, le carcinome basocellulaire peut être de type pigmenté ou être superficiel ou kystique (avoir la forme d’ un kyste) ou du type de sclérodermie (avoir la forme d’une cicatrice) ou nodulaire. Le traitement du cancer basocellulaire de la peau s’effectue principalement par l’ablation chirurgicale.

Cancer basocellulaire nodulokystique de la peau

Particulièrement, des lésions autour du nez, des yeux et des oreilles, ainsi que des carcinomes basocellulaires du type de sclérodermie, carcinomes en récidive après radiothérapie, et le jeune âge du patient, sont des indications absolues en faveur du traitement chirurgical. Alternativement peut avoir lieu le curetage et l’ électrocautérisation ou l’ application topique de 5 -fluorouracile ou l’ application topique d’ imiquimod ou la cryothérapie, mais les dernières thérapeutiques conviennent principalement au cancer basocellulaire de la peau de type superficiel.

Alternativement, aux cas de lésions sévères et des personnes plus âgées on peut utiliser la radiothérapie qui n’ offre pas un bon résultat esthétique. Une condition héréditaire particulière où des multiples carcinomes basocellulaires apparaissent dès l’ enfance est le syndrome de carcinome basocellulaire nævoïde (ou syndrome de Gorlin). Cette maladie est transmise des parents aux enfants avec son caractère autosomique dominant avec une infiltration relative, dépendant du cas. Le nombre des cancers basocellulaires de la peau que le patient développe tôt dans sa vie et leur localisation sur le visage et ainsi dans des zones couvertes sont impressionnants.

Il y a souvent une face caractéristique des patients où la base du nez s’ élargit et il y a d’ hypertélorisme. Souvent il y a aussi des anomalies aux os et des problèmes de dentition. Si le système nerveux participe il y a de l’ arriétation mentale, calcification des méninges et hydrocéphalie congénitale. Il est possible qu’ il y a aussi du strabisme, cécité congénitale, cataracte et glaucome. Aux femmes il peut exister des fibromes ovariens et aux hommes de l’hypogonadisme. Le traitement du syndrome de carcinome basocellulaire nævoïde est essentiellement le même que celui des carcinomes basocellulaires, mais il est très important de surveiller progressivement et continuellement les patients et de traiter les lésions à temps.

Mélanome malin

L’ incidence du mélanome malin a une tendance constante à augmenter et ce mélanome est un cancer de la peau potentiellement mortel qui provient des mélanocytes. Il est possible que le développement du mélanome malin est le résultat de son hyperstimulation par le rayonnement ultraviolet qui est vraiment une cause très importante, particulièrement quand il y a une exposition prolongée au soleil et des brûlures à un âge jeune.

La plus grande prédisposition de développement du plus agressif  cancer de la peau, du mélanome malin, ont des personnes qui ont des cheveux de couleur rouge, des yeux bleus et des taches de rousseur, qui ont aussi un risque de coup de soleil augmenté. Il paraît que l’ exposition intense et occasionnelle au rayonnement solaire, d’ où un coup de soleil peut avoir lieu une ou deux fois par année et pas l’ exposition chronique, est plus prédisposante en ce qui concerne le développement d’un mélanome malin. Une exception est le mélanome malin du type de lentigo malin qui est une maladie des personnes plus âgées et est essentiellement due à l’ exposition chronique au rayonnement solaire.

Le mélanome malin est relativement plus rare dans l’ enfance et dans la vieillesse  et se présente plus fréquemment aux âges de 20 à 30 et de 30 à 40. Il est plus souvent localisé aux jambes aux femmes, et au dos aux hommes. Le mélanome malin nodulaire est deux fois plus fréquent aux hommes et apparaît habituellement après l’ âge de 40 ans.

La possibilité de métastase du mélanome malin augmente considérablement et proportionnellement à son épaisseur; ainsi la survie à cinq ans, en cas d’ un mélanome malin d’une épaisseur selon Breslow de moins de 1,5mm est 93%, pendant que la survie à cinq ans dans le cas où l’ épaisseur selon Breslow est de 1,5 à 3,5mm est 67%, et quand l’ épaisseur selon Breslow est plus de 3,5mm, la survie à cinq ans est diminuée à 37%. Le mélanome malin nodulaire est plus fréquent aux hommes et se présente après l’ âge de 40 ans. Le mélanome malin, le plus agressif cancer de la peau, métastase à travers les vaisseaux lymphatiques aux ganglions lymphatiques et à travers la circulation sanguine au cerveau, aux poumons, à la foie, aux os et finalement à la peau, ayant un résultat mortel. Il est clair que le pronostic est meilleur si la profondeur de la lésion au moment de son ablation n’est pas grande. 

 

 

Indices du mélanome malin

 

Signes suspects

 

-augmentation de croissance
- changement de forme
- changement de couleur et particulièrement en couleur plus foncée ou plus rouge
- quelquefois hémorragie ou démangeaison

 

Caractéristiques suspectes

 

- taille plus grande de 0,5cm
- bordure irrégulière
- distribution de couleur hétérogène
- formation d’ une papule ou un nodule de couleur foncée

 

Le pronostic dépend aussi de la localisation de la lésion et il est plus mauvais quand il s’ agit du dos, que quand la lésion se trouve à la jambe. Aussi le pronostic est meilleur aux femmes qu’ aux hommes.La trouvaille de nombreux petits nævi sur le corps d’ une personne consiste un facteur de risque en ce qui concerne le développement d’ un mélanome malin; un facteur de risque augmenté est aussi la couleur claire de la peau.

Sans aucun doute, il y a un danger augmenté de développement de mélanome malin dans les cas:
  • du syndrome de nævus pigmentaire géant
  • des multiples nævi mélanocytiques congénitaux
  • du syndrome de nævus displasique

Dans le cas de ce syndrome les patients présentent un très grand nombre de nævi qui sont développés pendant les deux premières décennies de leur vie et ont une plus grande taille que les nævi habituels, avec un diamètre de 1 à 2cm.
Ils présentent des caractéristiques atypiques avec des limites légèrement irrégulières et une distribution anormal de mélanine. Il ne s’ agit pas de mélanomes malins, mais ils ne peuvent pas être considérés comme des nævi totalement normaux comme les nævi habituels, et donc ils doivent être chirurgicalement enlevés pour leur confirmation histologique. Ces nævi sont très sensibles au rayonnement solaire et ces patients et leurs familles ont un grand risque de développer de mélanome malin.Dépendant de l’ endroit où se trouve et de la forme du mélanome malin, ce cancer de la peau agressif est classifié en types différents: 

 


1 - Mélanome malin de type de lentigo malin. Il apparaît sur le visage, habituellement aux joues, au nez, au front et à des personnes plus âgées. Il se présente comme une lésion pigmentaire aplatie dont la taille s’ augmente progressivement et qui est initialement caractérisée par un lent développement horizontal qui a généralement des limites irrégulières..
 

 2 - Mélanome malin qui s’ étend superficiellement. Il commence comme une tache hyperpigmentaire aplatie qui peut progressivement se tranformer à une papule palpable. Il y a des différentes nuances du brun et beaucoup de fois elles sont combinées avec le foncé, pendant que quelquefois il y a des foci de couleur rouge, bleue et rouge prononcée. Le pronostic est excellent au début, si le mélanome est à la phase de développement horizontal, mais est plus mauvais quand la lésion s’ épaissit et prend une forme nodulaire. Le mélanome malin qui s’ étend horizontalement affecte principalement des personnes jeunes et des personnes d’ âge moyen, des femmes plus fréquemment, et se développe aux jambes des femmes et au tronc des hommes.

3 - Mélanome malin des extrémités. Quoique la lésion ait initialement une forme superficielle, comme le mélanome malin qui s’étend superficiellement, progressivement la formation de nodules et la pénétration en profondeur peut avoir lieu. Il est relativement inhabituel à des hommes et femmes blancs et plus fréquent s’ il s’agit d’ Asiatiques ou de Noirs.

4 - Mélanome malin nodulaire. Cette lésion commence comme une papule qui est progressivement transformée en nodule et qui peut donc saigner et ulcérer. Cependant , pendant cette phase, il est possible qu’ il s’est étendu vers la direction verticale, et alors le risque de métastase est augmenté. Habituellement la couleur de la tumeur est foncée mais elle peut être rougeâtre ou même rouge, avec un changement minime de sa pigmentation.

Un rapport histologique complet pour un mélanome malin, le plus dangereux cancer de la peau, doit contenir le sous-type histogénétique, le niveau de pénétration, l’ épaisseur de la tumeur selon Breslow, la présence ou l’ absence d’ infiltration lymphocytaire, la présence ou l’ absence d’ ulcération et l’ évaluation de l’ activité mitotique de la tumeur.

Le traitement du mélanome malin est chirurgical. Quand le mélanome malin se développe horizontalement la lésion peut être totalement enlevée et peut être guérie. Cependant, si la tumeur est dans la phase d’infiltration verticale, l’ intervention chirurgicale est plus agressive, avec une ablation générale de la tumeur qui comprend l’ enlèvement de tissu sain, généralement d’ 1cm environ pour chaque millimètre de profondeur de la tumeur. Le facteur le plus important pour traiter un mélanome malin est de reconnaître les signes cliniques initiales de la tumeur qui sont des indices de malignité, et, en plus, d’ être informé sur les dangers du rayonnement ultraviolet et des coups de soleil.